Journée à Coïmbra. Le matin, nuageux et frais. J’ai eu un peu d’espoir puis, vers onze heures, plus de nuages et la canicule habituelle. Il fait vraiment très chaud.

Coïmbra est une ville moyenne bâtie sur des collines. Comme à Lisbonne on monte et on descend sans cesse. Comme à Lisbonne, le centre est fait de petires rues tortueuses où l’ombre est la bienvenue mais ma première impression est que la ville est en moins bon état encore que Lisbonne. Cependant je dois tempérer cette remarque par le fait que je ne suis pas allé dans les quartiers modernes extérieurs.

Coïmbra est la première cité universitaire du Portugal créée autour du XII ème siècle. Mais, pour en savoir davantage, voyez Wikipédia. L’essentiel de la vieille ville est construite sur une colline assez abrupte au bord du fleuve Mondego et l’université la couronne, ce qui est loin d’être symbolique puisque c’est une des activités les plus importantes de la ville. Se promener dans ses petites rues est plein de charme, mais on en a quand même vite fait le tour. Heureusement il y a son passé. L’université d’abord dont j’ai déjà parlé hier et qui vaut largement une visite. Ensuite ses bâtiments religieux. L’université à son origine dépendant des ordres religieux, la ville est un catalogue d’édifices catholiques. Rien qu’autour de mon hôtel, sur cinq cent mètres, j’ai compté six édifices religieux et je ne suis pas sûr d’en avoir oublié. Il y en a tant que certains d’entre eux ont été reconvertis, en supermarchés, en magasins, en palais… Tous ne sont pas ouverts et tous, d’ailleurs ne présentent pas le même intérêt. Deux m’ont intéressé : la Sé Velha, la vieille Sé, la vielle cathédrale, Sé étant « sedes episcopalis », donc cathèdre, etc. dont les portails sont intéressants et dont, surtout le cloître est superbe et la Santa Cruz pour son orgue et ses azulejos. Il y a toujours du monde qui prie dans les églises mais il est vrai qu’il y fait frais, que c’est d’un calme reposant et qu’ici, les gens entrent et sortent et même, parfois, y téléphonent.

Ceci dit, ce qui m’a surtout intéressé à Coïmbra, c’est le Museu Nacional de Machado de Castro, situé dans le campus universitaire. C’est un bâtiment très moderne construit sur le forum romain qui se visite et qui est très bien mis en valeur. Ce musée contient des merveilles d’art du moyen âge — donc essentiellement religieux — sculptures sur pierre, sur bois, peintures, joailleries, meubles, etc. On y apprend énormément de choses notamment sur les apports flamands et français. J’y ai passé près de deux heures et je ne me suis pas ennuyé une minute, j’y ai même découvert un peintre portugais du XVII ème siècle qui présentait un certain intérêt.. Tout y est parfaitement mis en valeur, les expliactions sont nombreuses, le personnel est d’une très grande gentillesse et d’une très grande efficacité qui ne demande qu’à aider et renseigner le visiteur. C’est infiniment plus riche que le musée de Cluny à Paris.

De plus, en sortant, je suis allé manger sur la terrasse du restaurant de ce musée. Une cuisine très correcte à des prix défiant toute conccurence et, en prime, on peut manger à l’ombre en dominant toute la partie de la ville qui donne sur le fleuve et en contemplant les monastères qui font face. Un vrai délice.

J’y suis resté longtemps.